Le talent d’Hugues Bréhat

Le talent d’Hugues Bréhat

Le fils de Louise Morel, André Sahut-Morel, avait une passion pour les bateaux, la mer, la voile : il aurait voulu être marin . Élève de l’école coloniale, devenue en 1934 l’école nationale de la France d’outre-mer, il est sorti major de promotion, et fit une carrière d’administrateur des affaires d’outre-mer. Il réalise ses premiers dessins à la libération de 1945 sous le pseudonyme d’Hugues Bréhat, qu’il gardera toujours par la suite.

Initié à la gravure par le peintre Varbanesco, Hugues Bréhat a illustré des œuvres littéraires, comme La Mare au diable de George Sand.

L’imaginaire

Avec un talent incontestable, il dessine la mer, les pêcheurs, la vie rurale; mais ses œuvres les plus saisissantes semblent naitre d’un univers onirique où les personnages volent dans l’espace, où des bateaux imaginaires sont pris dans d’épouvantables tempêtes, où les ponts se noient dans le néant et les escaliers tournent dans le vide.