Publications

Navigation: Accueil / Media / Publications
Un long et minutieux travail sur le terrain et dans les archives avaient été effectué à partir de 1988 par Charlotte et Robert Durand. Après leur disparition, l’association a classé les documents et poursuivi les recherches, qui ont permis l’édition d’un ouvrage paru en 2000 sous la direction de Simone Desrousseaux : « Autrefois… à Saint-Ismier »
F.R.BERIOT, maire de Saint-Ismier en 2000, préfaçait ce livre en ces termes:

« … Préparer un livre sur le passé d’un village en retraçant ses évènements marquants, son évolution à travers les âges, en un mot son HISTOIRE, tel est le « challenge » de cet ouvrage…

Ce livre a l’immense mérite de rassembler le savoir des anciens et de tous ceux qui ont travaillé sur la connaissance du passé, évitant sans doute d’éparpiller et peut-être de perdre cette immense mémoire vivante… »

 

156 pages   20 euros,   en vente sur ce site, CONTACTEZ-NOUS

Le musée disparu de Louise Morel
La notoriété du peintre Louise Morel dépasse largement les limites de son Dauphiné natal. C’est à Saint-Ismier, sur le coteau du massif de la Chartreuse, face à la chaine de Belledonne, qu’elle passe les douze dernières années de sa vie. Elle occupe avec son fils André cette maison ancienne, l’Ermitage, où elle réalise ses dernières toiles et s’éteint en novembre 1974, laissant une œuvre considérable.
André Sahut-Morel, désormais seul, sans descendance, ne vit le reste de ses jours à l’Ermitage qu’à travers l’héritage que Louise lui a laissé : plus de 300 toiles auxquelles s’ajoute un nombre impressionnant de dessins qu’André a réalisés sous le pseudonyme d’Hugues Bréhat.
Mais Louise est toujours présente… et André  poursuit alors cette idée de  montrer les œuvres de sa mère au plus grand nombre. Les visiteurs émerveillés se pressent à l’Ermitage sur ses invitations.
Le musée qu’il avait imaginé ne lui aura pas survécu. Les exigences des réalités matérielles et sa disparition survenue en 2010, avant que son projet n’aboutisse, ont eu raison de son rêve…
Cet ouvrage prolonge l’idée d’un musée en offrant au lecteur une visite, telle qu’André la proposait à ses invités, mais ce n’est pas une visite  virtuelle. « Le Musée disparu de Louise Morel » retrace le parcours du peintre, sa personnalité singulière et ses expressions artistiques,  qui émanent de ses toiles exposées alors dans cet Ermitage.

128 pages  200 illustrations   20 euros, en vente sur ce site CONTACTEZ-NOUS

Les hameaux de Saint-Ismier…Dans ces pages,  un parcours illustré dans le passé et le présent du village. Le lecteur devient visiteur, flânant de chemins en  bassins, longeant les murs de pierres, et prenant conscience de la valeur de notre patrimoine, fragile et menacé. Juillet 2016
Dans la préface, le Maire, Henri BAILE, écrit: « Ignorer l’Héritage, c’est courir le risque de mettre en place une politique urbaine génocidaire d’une mémoire des lieux dont des siècles d’histoire, la géographie, le travail de nos anciens ont forgé la personnalité…
L’ouvrage de Danielle DAILLY et Simone DEROUSSEAUX, à travers ce qu’il révèle de plus intime et de plus charnel de nos hameaux, nous appelle à prendre conscience de cette réalité. Il nous invite à partager l’avenir de Saint-Ismier dans le respect de son passé. »

200 pages  500 illustrations   30 euros, en vente sur ce site CONTACTEZ-NOUS

Jadis dans les hameaux de Saint-Ismier
Il y a une quinzaine d’années, au moment de la conception du livre « Autrefois… à Saint-Ismier », Simone Desrousseaux et ses amis de l’association « La Tour d’Arces » obtenaient d’une famille de St-Ismier des manuscrits d’un ancêtre, l’agriculteur-viticulteur André Massy.
Ces manuscrits restèrent dans les archives de l’association, jusqu’à la parution du livre « Les hameaux de Saint-Ismier » en juillet 2016. Les deux auteures, Simone Desrousseaux et Danielle Dailly ont alors pris la décision de publier les cahiers d’André Massy dans un nouvel ouvrage : « Jadis dans les hameaux à Saint-Ismier ».
Cet ouvrage n’est pas une simple reproduction des cahiers. C’est un parcours historique dans les hameaux de Saint-Ismier au XIXe siècle, précisément entre 1844 et 1896. Laissant une très large place aux écrits originaux, il fait revivre le passé dans cette commune qui doit l’essentiel de son paysage à la population qui a jadis travaillé la terre et bâti les hameaux.

190 pages    20 euros, en vente sur ce site CONTACTEZ-NOUS

Contactez-nous ( header slider )

Ecrivez-nous

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message