Revue de presse

Danielle Dailly  fait partager le talent de Louise MOREL

Une journée  seulement, l’artiste revient orner les murs de sa commune. Aux cimaises de la salle du conseil de la mairie de Saint-Ismier : des fenêtres ouvertes sur la colline du Rabot et les forêts de Chartreuse, les oasis du sud tunisien et de Mauritanie, un jardin fleuri ou des natures mortes… Les propriétaires ont accroché leurs tableaux, comme pour laisser Louise Morel accompagner la conférencière. Danielle Dailly avait décrit le parcours, la personnalité et le talent de l’artiste au fil des pages du « Musée disparu de Louise Morel, l’Ermitage à Saint-Ismier ».  Cette ardente passionnée de la sauvegarde  du patrimoine, veut aujourd’hui faire perdurer la mémoire de Louise Morel,  couronnée par la critique au salon de Paris en 1935 et qui avait choisi de s’installer en 1961 à Saint-Ismier.
Le Dauphiné a inspiré de nombreux peintres, à tel point que les auteurs  qualifient de « dauphinoise » les œuvres de Calès, Bertier, Brun et beaucoup d’autres qui ont traité le paysage comme motif principal.
Si Louise Morel appartient indéniablement à cette famille dauphinoise, son art reflète cependant une sensibilité, une spiritualité qui l’emmènent bien au-delà du cadre de la peinture régionale.
Son talent s’est révélé dès sa jeunesse. Malgré les difficultés de la vie, elle avait un besoin irrépressible d’exprimer par son art tout son être, son âme, ses sentiments.
Ses sujets sont très divers,  pourtant toutes ses œuvres reflètent sa sensibilité et la force de son tempérament
Elle a profité du foisonnement artistique du début du 20è siècle, très proche des fauves, assimilant les découvertes des cubistes et des symbolistes. Son langage personnel s’est nourri de ses recherches et de ses voyages, mais sans jamais transformer son écriture artistique.
Son œuvre s’est dispersée après la mort de son fils unique André Sahut-Morel, plus connu sous le nom d’artiste Hugues Bréhat. Des expositions, même « éphémères » comme celle-ci sont pourtant l’occasion de rassembler les admirateurs, nombreux et heureux de contribuer à la valorisation de notre patrimoine.